Alors que de nombreux pays du monde avancent à grands pas dans leur campagne de vaccination contre le coronavirus, la question d’un éventuel traitement est toujours en suspend.

Plusieurs molécules thérapeutiques sont en cours d’étude et d’essais cliniques, mais encore aucun traitement approuvé n’a été mis sur le marché. Cependant, cela pourrait changer. Récemment, une équipe de chercheurs a découvert qu’un médicament anticholestérol déjà commercialisé pouvait réduire l’infection à la COVID-19 jusqu’à 70% dans des cellules humaines cultivées en laboratoire.


Un médicament autorisé normalement utilisé pour traiter des niveaux anormaux de cholestérol pourrait réduire jusqu’à 70% l’infection causée par le SARS-CoV-2, révèle une étude en laboratoire menée par une collaboration internationale de chercheurs.

L’équipe de recherche, dirigée par l’Université de Birmingham et l’Université de Keele au Royaume-Uni et l’Institut scientifique de San Raffaele en Italie, a démontré que le fénofibrate et sa forme active (l’acide fénofibrique) peuvent réduire considérablement l’infection par le SARS-COV-2 dans les cellules humaines cultivées.

Il est important de noter que la réduction de l’infection a été obtenue en utilisant des concentrations du médicament qui sont sûres en utilisant la dose clinique standard de fénofibrate. Le fénofibrate, dont l’utilisation est approuvée par la plupart des pays du monde, y compris la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis et le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) du Royaume-Uni, est un médicament oral actuellement utilisé pour traiter des affections telles que des niveaux élevés de cholestérol et de lipides (matières grasses) dans le sang.

Une infection réduite jusqu’à 70%

L’équipe appelle maintenant à des essais cliniques pour tester le médicament chez des patients hospitalisés pour la COVID-19, qui devraient être effectués en plus des deux essais cliniques également en cours chez des patients infectés dans le cadre de recherches menées par l’hôpital de l’Université de Pennsylvanie aux États-Unis et l’Université hébraïque de Jérusalem en Israël.

Le SARS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, infecte l’hôte par une interaction entre la protéine Spike (pointe) à la surface du virus et la protéine réceptrice ACE2 sur les cellules hôtes. Dans cette étude, l’équipe a testé un panel de médicaments déjà autorisés, y compris le fénofibrate, pour identifier les candidats qui perturbent les interactions ACE2 et Spike.


Essais de traitements de cellules humaines cultivées infectées par le fénofibrate et l’acide fénofibrique après 24h et 48h. Les résultats montrent une réduction notable de l’infection (70%) après 48h de traitement via le fénofibrate. © Scott P. Davies et al. 2021

Après avoir identifié le fénofibrate comme candidat, ils ont ensuite testé l’efficacité du médicament pour réduire l’infection dans les cellules en laboratoire en utilisant les souches originales du virus SARS-CoV-2 isolées en 2020.

Ils ont découvert que le fénofibrate réduisait l’infection jusqu’à 70%. Des données supplémentaires non publiées indiquent également que le fénofibrate est tout aussi efficace contre les nouveaux variants du SARS-CoV-2, y compris les variants alpha et bêta, et des recherches sont en cours sur son efficacité contre le variant delta.

La nécessité d’une thérapie associée à la vaccination

Farhat Khanim, de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni, explique :

« Le développement de nouvelles variantes plus infectieuses du SARS-CoV-2 a entraîné une expansion rapide des taux d’infection et des décès dans plusieurs pays du monde, en particulier le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Europe. Alors que les programmes de vaccination réduiront, espérons-le, les taux d’infection et la propagation du virus à long terme, il existe toujours un besoin urgent d’élargir notre arsenal de médicaments pour traiter les patients positifs au SARS-CoV-2 ».

« Alors que dans certains pays, les programmes de vaccination progressent rapidement, les taux de vaccination sont variables. De plus, bien qu’il ait été démontré que la vaccination réduit les taux d’infection et la gravité de la maladie, nous ne sommes pas encore sûrs de la force et de la durée de la réponse. Des thérapies sont toujours nécessaires de toute urgence pour gérer les patients COVID-19 qui développent des symptômes ou nécessitent une hospitalisation », précise Alan Richardson de l’Université de Keele.

« Nos données indiquent que le fénofibrate peut potentiellement réduire la gravité des symptômes de la COVID-19 et également la propagation du virus. Étant donné que le fénofibrate est un médicament oral qui est très bon marché et disponible dans le monde entier, avec son historique étendu d’utilisation clinique et son bon profil d’innocuité, nos données ont des implications mondiales – en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire et chez les personnes pour lesquelles les vaccins ne sont pas recommandés ou adaptés, tels que les enfants, ceux qui souffrent de troubles hyperimmuns et ceux qui utilisent des immunosuppresseurs », conclut Elisa Vicenzi, de l’Institut scientifique San Raffaele.

Source : Frontiers in Pharmacology
Traduction: Trustmyscience


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire.




Votre aide est importante.



Les Hathor © Elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Achetez sur Amazon via ce site


































Arrondir ses fins de mois