Parmi les principales causes de pollution, il y a bien sûr la circulation automobile mais pas seulement..


Des chercheurs britanniques se sont aperçus que les pets de vache, relâchés dans l’atmosphère, contenaient énormément de méthane. Pour améliorer la situation il faudrait changer leur régime alimentaire.

Via The Guardian :

La réduction du dioxyde de carbone n’est pas suffisante pour résoudre la crise climatique – le monde doit agir rapidement sur un autre puissant gaz à effet de serre, le méthane, pour stopper la hausse des températures mondiales, ont averti les experts.

D’éminents climatologues lanceront lundi dans un rapport historique l’avertissement le plus sévère qui soit, à savoir que nous sommes au bord de la catastrophe climatique. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publiera son sixième rapport d’évaluation, un examen complet des connaissances mondiales sur la crise climatique et la façon dont les actions humaines modifient la planète. Il montrera en détail à quel point le monde est proche d’un changement irréversible.

L’un des principaux points d’action pour les décideurs politiques sera probablement l’avertissement selon lequel le méthane joue un rôle de plus en plus important dans la surchauffe de la planète.

Ce gaz riche en carbone, produit par l’élevage, les puits de gaz de schiste et l’extraction conventionnelle de pétrole et de gaz mal gérée, réchauffe la planète bien plus efficacement que le dioxyde de carbone – son « potentiel de réchauffement » est plus de 80 fois supérieur à celui du CO2 – mais sa durée de vie dans l’atmosphère est plus courte, puisqu’il persiste environ dix ans avant de se dégrader en CO2.


Durwood Zaelke, président de l’Institut pour la gouvernance et le développement durable et examinateur principal du GIEC, a déclaré que la réduction du méthane était probablement le seul moyen d’éviter une hausse des températures de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels, au-delà de laquelle les phénomènes météorologiques extrêmes se multiplieront et des « points de basculement » pourraient être atteints. « La réduction du méthane est la plus grande opportunité de ralentir le réchauffement entre aujourd’hui et 2040 », a-t-il déclaré. « Nous devons faire face à cette urgence ».

M. Zaelke a déclaré que les décideurs politiques devaient tenir compte des conclusions du GIEC sur le méthane avant la conférence des Nations unies sur le climat, la Cop26, qui se tiendra à Glasgow en novembre. « Nous devons voir à la Cop26 une reconnaissance de ce problème, que nous devons faire quelque chose à ce sujet« .

Les niveaux de méthane ont fortement augmenté ces dernières années, en raison du gaz de schiste, du gaz conventionnel mal géré, des forages pétroliers et de la production de viande. L’année dernière, les émissions de méthane ont augmenté d’un montant record, selon le programme des Nations unies pour l’environnement.

Le méthane est également produit par la fonte du pergélisol, et certains indices laissent penser que la canicule sibérienne pourrait augmenter les émissions de ce gaz. Toutefois, on pense que les émissions à grande échelle dues à la fonte du pergélisol sont encore loin, tandis que les émissions de méthane provenant de l’agriculture et de l’industrie peuvent être combattues dès aujourd’hui.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire.




Votre aide est importante.



Les Hathor © Elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Achetez sur Amazon via ce site


































Arrondir ses fins de mois