“Méson”: des vêtements 100% belges en textiles de maison usagés - Les Hathor

Méson Brussels c’est le projet de Thaïs et Annabelle, deux jeunes entrepreneuses bruxelloises, qui ont pour ambition de donner une deuxième vie aux linges de maison destinés à être jetés.

Toutes deux désireuses de travailler dans le secteur mode sans rejoindre le modèle polluant de la fast-fashion, c’est via l’upcycling qu’elles ont trouvé le moyen de le faire. En septembre 2020, elles se lancent dans l’aventure méson et font découvrir au grand public en juin 2021 leur première collection de vêtements et accessoires fabriqués à partir de textiles de maison usagés. Un concept pour le moins inspirant et très prometteur à découvrir dès maintenant.

Un impact environnemental moindre et du 100% belge

Comme souligné par les créatrices de méson, chaque année, dans l’Union Européenne, ce sont 5,8 millions de tonnes de déchets textiles qui sont jetées.


Pour remédier à cette situation tout en créant de nouveaux produits, l’upcycling est une méthode de plus en plus courante auprès des marques éco-responsables.

L’upcycling, c’est quoi ? Il s’agit d’un « recyclage par le haut », à savoir d’utiliser des matériaux ou produits qui n’ont plus d’usage pour les transformer en produits de qualité supérieure. En revalorisant le matériau tel qu’il est, contrairement au recyclage classique qui le transforme, cette méthode permet un impact environnemental moindre.

Les 2 créatrices de méson : Annabelle (à gauche) et Thaïs (à droite). Crédits : méson Brussels

« Se soucier de l’environnement et de l’éthique ne doit pas être un frein pour s’habiller comme on le souhaite. » C’est dans cette optique que Thaïs Ficheroulle et Annabelle Mortiaux, amies depuis leurs études de communication, ont créé méson. Elles souhaitent mettre leur créativité au profit d’un modèle durable et éthique, et c’est ainsi que leur est venue l’idée de faire de l’upcycling à partir de textiles de maison destinés à être jetés.


Toujours dans un esprit d’économie circulaire et locale, les deux jeunes créatrices ont également veillé à ce que toutes les parties de la chaîne de production se déroulent en Belgique, pour minimiser l’impact environnemental des pièces. Les textiles de la collection actuelle proviennent d’une blanchisserie près d’Anvers et la confection des vêtements se fait ensuite dans un atelier spécialisé dans l’upcycling à Malines.

Ainsi, chez méson :

« CHAQUE PIÈCE EST « FAIT MAISON », AVEC AMOUR, EN BELGIQUE ».

 

Source


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire.




Votre aide est importante.



Les Hathor © Elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Achetez sur Amazon via ce site