La conquête spatiale est un objectif ultime depuis déjà bien des années. En 1957, un premier passager prend place dans Spoutnik 2. C’est une chienne, et elle s’appelle Laïka. Elle fut la victime aussi bien que l’héroïne de cette expérience scientifique.

Laïka est une chienne née en 1954 à Moscou. Elle a été retrouvée errant dans les rues de la ville par des scientifiques lorsqu’elle avait environ 3 ans. Laïka devient par la suite, le premier être vivant mis en orbite autour de la terre. À l’époque, cette chienne a été choisie pour cette mission car elle est très calme et également d’un petit gabarit (6 kilos). Les scientifiques sont presque sûrs que c’est un croisement entre un husky et un terrier.


Le programme Spoutnik 2

Après la mission Spoutnik 1 et son succès, le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev exige le lancement d’un second engin. Spoutnik 1 a été lancé sans être vivant, c’est donc un nouveau défi. Le dirigeant soviétique veut montrer sa supériorité aux États-Unis et désire donc envoyer Spoutnik 2 dans l’espace juste avant le 40e anniversaire de la révolution russe. Un engin qui doit donc être construit en 4 semaines afin de respecter la deadline…

Bien évidemment, le problème est que dans l’urgence, aucun croquis ni aucun essai n’ont été réalisés. Construire rapidement était bien évidemment mauvais pour la qualité de l’appareil, mais en plus, il était prévu dès le début que Laïka ne revienne pas sur Terre. Ainsi, le 3 novembre 1957, l’URSS lance l’engin spatial Spoutnik 2 avec la chienne Laïka à son bord.

Entraînement de Laïka

En vérité, 3 chiennes sont formées pour le vol Spoutnik 2 : Albina, Mouchka et Laïka. Les scientifiques choisissaient des chiennes pour une raison très pragmatique : n’ayant pas besoin de lever la patte pour uriner, elles prennent moins de place. Afin d’adapter les chiens à la capsule, ces derniers sont placés dans des cages de plus en plus petites.

Ces essais pouvaient durer jusqu’à 20 jours. Cependant, cela détériorait beaucoup la santé des animaux et ils étaient très agités. Les chiennes ont également été placés dans des centrifugeuses afin de les habituer aux mouvements de la capsule au décollage ainsi qu’aux bruits qu’elle peut faire. Les scientifiques ont aussi habitué les canidés à une nouvelle forme de nourriture. Laïka fut ensuite placée dans la capsule 3 jours avant le décollage.

Déroulement de la mission

L’engin décolle le 3 novembre 1957. Dans la capsule, Laïka porte une combinaison et des sangles afin de limiter ses mouvements. Elle ne peut pas s’asseoir ou se coucher. Elle a également un réservoir autour de son bassin afin de récupérer ses selles.

Lors du lancement, la chienne est très stressée et son rythme cardiaque augmente fortement. Il ne reviendra à la normale qu’après 3 heures. Malheureusement, après 7 h de vol, la chienne ne donne plus aucun signe de vie. Elle est sans doute décédée à cause d’une défaillance. En effet, il était impossible de créer un système de régulation de température fiable en 4 semaines.

Tous les scientifiques savaient que la chienne allait périr dans le vol car à cette époque, il n’y avait aucun moyen de la faire revenir. Laïka – qui devait donc rester en vie une dizaine de jours – est morte en quelques heures d’atroces souffrances dues à la chaleur et à la déshydratation.


En parallèle, les Soviétiques continuent de diffuser de bonnes nouvelles sur la santé de Laïka dans les médias. Cependant, sa mort n’a été expliquée qu’en 2002. Avant cette date, le gouvernement russe expliquait que Laïka avait été empoisonnée afin de ne pas la faire souffrir à l’issue des 10 jours de voyage prévus.

Le 14 avril 1958, le Spoutnik 2 est détruit en rentrant dans l’atmosphère après 2570 rotations autour de notre planète. Pour les scientifiques, cela prouve qu’il est possible de mettre un être humain en orbite autour de la Terre.

Retour sur la mission

L’expérience – qui prévoyait depuis le début de ne pas récupérer Laïka – déclenche un sérieux débat sur la maltraitance animale et l’utilisation d’animaux pour la science. En effet, lorsque la population a su que Laïka n’avait de la nourriture que pour 10 jours et qu’il était prévu qu’elle ne revienne pas, ce fut un choc.

Après l’effondrement du régime soviétique, la Russie exprime son regret d’avoir fait mourir cette chienne. En France, la SPA a communiqué à plusieurs reprises son dégoût à l’ambassade du pays. Brigitte Bardot a également évoqué de nombreuses fois le sort de Laïka.

Hommages

Monument à Moscou

La chienne Laïka possède depuis 2008 une statue à l’endroit où elle a été entraînée, ainsi qu’une figure sur le bas-relief du Monument des Conquérants de l’Espace à Moscou. Laïka est également représentée sur les timbres de nombreux pays comme la Roumanie ou la Hongrie. En France, un monument a été érigé au cimetière des animaux de Villepinte en l’hommage à Laïka.

Quelques années plus tard, l’engin Spoutnik 5 est lancé avec à son bord deux chiennes (Belka et Strelka), un lapin, quarante souris, deux rats, des mouches et des plantes. Ils passent une journée dans l’espace le 19 août 1960 et sont récupérés sains et saufs à l’arrivée.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire.




Votre aide est importante.



Les Hathor © Elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Achetez sur Amazon via ce site


































Arrondir ses fins de mois