La culture ne serait pas le propre de l’humain. Et si les animaux avaient également leur propre culture?

Selon une équipe de chercheurs de l’Université de St Andrews (Écosse), certains mammifères, oiseaux, poissons et autres insectes auraient cette capacité. Plusieurs espèces seraient capables de développer une culture et de la transmettre ensuite à d’autres individus.

“On pensait que les autres espèces vivaient grâce à leur instinct et à une certaine capacité d’apprentissage. Il faut reconnaître que la culture n’est pas une capacité uniquement humaine qui a émergé de nulle part, mais qu’elle a au contraire de profondes racines évolutives“, a déclaré Andrew Whiten, principal auteur de ces travaux, dans un article du Daily Mail.


Ces recherches sont en réalité un passage en revue de plusieurs études portant sur les comportements et autres interactions des animaux. Celles-ci ont été menées au cours des soixante-dix dernières années.

Des preuves qui remontent aux années 1950

Selon les chercheurs écossais, la “culture animale” concernerait plusieurs aspects. Citons la fabrication et l’utilisation d’outils, les techniques de recherche de nourriture, les coutumes sociales et la communication vocale. Évoquons également les préférences concernant certaines proies, partenaires amoureux ou encore sites de nidification. L’étude révèle que la culture imprègne les animaux de la petite enfance à l’âge adulte. Les individus les plus jeunes apprendraient de leurs parents, mais aussi d’autres adultes faisant partie des plus expérimentés.

Les chercheurs rappellent que les preuves de l’existence d’une culture animale datent en réalité des années 1950. Au Japon, des dialectes régionaux de chants d’oiseaux, mais aussi la diffusion d’une technique de lavage des patates douces chez les singes furent découverts.

Plus tard, d’autres recherches ont permis d’observer la transmission sur deux décennies d’une technique de chasse que les baleines à bosse ont développée, à savoir frapper la surface de l’eau avec la queue pour regrouper les poissons.


Citons également les suricates, apprenant à leurs petits la prédation en leur livrant des scorpions vivants sans dard, avant de leur donner des scorpions munis de leur arme.

Chez des chimpanzés étudiés en Zambie, une partie d’entre eux a même développé une sorte de tradition après qu’un des leurs ait “lancé la tendance”. Celle-ci consistait simplement à placer un brin d’herbe dans une oreille.

https://sciencepost.fr/


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire.




Votre aide est importante.



Les Hathor © Elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Catégories


Articles Phares

La mélatonine réduit le risque de thrombose et de septicémie ainsi que le taux de mortalité du Covid-19
Bulletin MétéoAstro© de décembre 2021
Éclipse Solaire Totale de la Nouvelle Lune en Sagittaire. Décembre 2021
La scutellaire chinoise peut tuer les cellules cancéreuses du cerveau grâce à son composant actif baicaléine
Introduction à l’homéopathie avec le Dr Béatrice Milbert
Recette des Cookies Américains aux Pépites de Chocolat et Noix de Pécan
Colombo des Antilles
Et si le Shiatsu permettait de prévenir les maladies?
Où acheter de l'IVERMECTINE et de l'HYDROXYCHLOROQUINE? Les solutions
Recette des Farfel au pain Azyme

Achetez sur Amazon via ce site

































Arrondir ses fins de mois