Le composant spécifique du venin s’est avéré être un combattant acharné.

Avez-vous déjà pensé qu’il serait formidable que les abeilles puissent nous fournir plus que du miel? Eh bien, des scientifiques de l’Institut de recherche médicale Harry Perkins ont déjà trouvé une solution étonnante.


Dans une étude publiée dans la revue Nature Precision Oncology, ils ont découvert qu’un composant spécifique du venin d’abeille peut lutter assez efficacement contre certaines formes de cancer du sein, comme le cancer du sein triple négatif.

Ne vous laissez pas tromper par le nom, car il ne s’agit pas d’un venin qui tue tout. Il présente des avantages lorsqu’il est utilisé pour traiter plusieurs maladies du système nerveux central, des inflammations, et on a même découvert qu’il pouvait défier le VIH.

Bourdons contre abeilles domestiques

Dans un premier temps, on a comparé le venin de 312 bourdons et celui de 312 abeilles domestiques pour voir s’ils avaient un impact similaire. Cependant, les bourdons ont échoué la mission.

« Les abeilles ont été endormies avec du dioxyde de carbone et conservées sur de la glace avant que la barbe à venin ne soit arrachée de l’abdomen de l’abeille et que le venin ne soit extrait par une dissection minutieuse », a déclaré le Dr Ciara Duffy, qui a passé beaucoup de temps à étudier les avantages potentiels du venin.

Un composé actif présent dans le venin d’abeille aurait tué les cellules cancéreuses résistantes. Habituellement, les traitements intenses contre le cancer finissent par endommager les cellules saines tout en faisant leur travail. Ce composant a eu un effet très peu nocif sur les cellules saines.

Un composant puissant

En testant le venin sur différents sous-types cliniques de cancer du sein, on a constaté qu’il ne fallait que 60 minutes au composé mélittine pour perturber l’intégrité des membranes cellulaires. Imaginez la rapidité du reste du processus de destruction.


Le Dr Duffy était également curieux de savoir ce qui se passerait si la mélittine était associée à des médicaments de chimiothérapie déjà existants. Des résultats encore plus puissants ont été constatés par la suite.

« Nous avons découvert que la mélittine peut être utilisée avec de petites molécules ou des chimiothérapies, comme le docétaxel, pour traiter des types de cancer du sein très agressifs. L’association de la mélittine et du docétaxel a été extrêmement efficace pour réduire la croissance tumorale chez les souris », a-t-elle expliqué.

Comme prévu, les progrès se situent au bas de l’échelle.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer comment administrer le composant au corps humain à une dose appropriée et pour vérifier les éventuelles toxicités.

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire.




Votre aide est importante.



Les Hathor © Elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Achetez sur Amazon via ce site


































Arrondir ses fins de mois