10 ans après l’émergence de la première monnaie locale complémentaire en France, il en existe aujourd’hui 82 ! Elles rassemblent 10 000 entreprises & associations et 35 000 citoyens-consommateurs.

Pour la première fois, une étude approfondie a permis, au terme d’un an et demi d’enquête, de mesurer l’impact concret de ces monnaies.


Connaissez-vous l’eusko, la bou’sol, la sol-violette ?

Ce sont des monnaies locales, complémentaires de la monnaie officielle, qui sont utilisées dans le périmètre d’une ville, voire d’une région. Toutes les monnaies locales sont adossées à la monnaie nationale, l’euro, ne sont utilisées que sur un territoire restreint et ne concernent qu’un éventail réduit de biens et services. Chaque monnaie locale complémentaire (MLC) est mise en place par une association et/ou une collectivité qui en assure la gestion avec l’aide d’un établissement financier. Pour s’en procurer, il est nécessaire d’adhérer à une association porteuse d’un projet de monnaie locale. C’est auprès de cette association que l’on peut se procurer la liste des commerces qui acceptent le paiement en MLC.

L’objectif de ces monnaies locales ?

Rediriger le parcours de consommation vers les commerces et services de proximité, et ainsi favoriser une transition écologique et sociale, en privilégiant les circuits-courts, le lien social, et la définanciarisation de l’économie. Il n’est donc pas possible de déposer de la monnaie locale sur un compte en banque.

La loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire a donné une base légale à ces MLC. Son article 16 reconnaît les monnaies locales comme titres de paiement, si ces titres sont émis par des entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) et que ces monnaies respectent l’encadrement fixé par le code monétaire et financier.

Un réseau citoyen a été créé par la suite pour faire remonter les bonnes pratiques, s’entraider et se coordonner entre associations et/ou collectivités porteuses d’une MLC. Près de dix ans après l’émergence de la première monnaie locale complémentaire en France, l’Abeille – utilisée dans le Lot-et-Garonne – , il en existe aujourd’hui 82 ! Elles rassemblent 10 000 entreprises & associations et 35 000 citoyens-consommateurs. Pour la première fois, une étude approfondie a permis, au terme d’un an et demi d’enquête, de mesurer l’impact concret de ces monnaies. Décryptage.

Une étude menée par le Mouvement Sol

Les monnaies locales complémentaires, ce sont : 82 MLC en circulation sur 37.5 % des communes françaises ; 10 000 entreprises et associations ; 1500 bénévoles engagés … soit l’équivalent de 5 000 000 € en circulation. Vous pouvez retrouvez ici une carte collaborative de l’ensemble des MLC en France :

Carte collaborative des MLC en France

Le Mouvement Sol est un laboratoire d’expérimentations monétaires, au premier rang desquelles figurent les Monnaies Locales Citoyennes. Il fédère une quarantaine de MLC. Ses missions ? Fédérer les monnaies locales, les représenter auprès des acteurs nationaux, communiquer sur les enjeux qu’elles soulèvent, les accompagner dans leur développement, les guider dans leur numérisation, et promouvoir l’innovation monétaire au service d’une société plus écologique, solidaire et participative.

Concrètement, cela fonctionne de la manière suivante :

Crédits : Mouvement Sol

Alors que les acteurs du développement territorial cherchent à apporter des réponses concrètes aux nouveaux besoins des territoires, liés aux enjeux socio-écologiques, les MLC contribuent de diverses manières à la construction de territoires plus résilients. Or ces contributions, et leur utilité socio-environnementale, est encore peu documenté. C’est pourquoi le Mouvement Sol, appuyé par la Fondation Crédit Coopératif et la Fondation Terre Solidaire, a mené son enquête.

Des résultats prometteurs

L’enquête met en lumière l’impact de ces monnaies dans des domaines aussi déterminants que la citoyenneté, la solidarité, l’écologie, l’économie et les dynamiques territoriales. Les MLC apparaissent ainsi comme un levier transversal de transitions territoriales :

Un nouvel espace de citoyenneté

La mise en place de MLC a permis aux adhérents d’expérimenter la démocratie participative (40% des adhérents ont déjà participé à une décision au sein de leur association de MLC). Mais également de s’éduquer à la citoyenneté économique, puisque 69% des adhérents affirment mieux saisir les liens entre l’économie et les enjeux écologiques, sociaux et démocratiques. Enfin, 80% des bénévoles ont le sentiment d’avoir acquis de nouvelles compétences ; preuve que les MLC permettent de renforcer le pouvoir citoyen.


Solidarité

L’enquête montre également que le réseau des MLC est basé sur l’entraide entre professionnels, des valeurs communes sources de liens et l’équité. Par ailleurs, on constate un fort engagement pour l’intégration sociale des publics en difficulté, puisque un bon nombre de MLC s’articulent à des politiques publiques venant en aide aux plus démunis.

Ecologie

Les monnaies locales permettent de consolider des filières locales et investissements écologiques, en ce qu’elles ont un effet levier dans le financement de projets locaux. Depuis qu’ils les utilisent, les adhérents aux MLC ont adopté une consommation beaucoup plus locale (41% d’entre eux) et responsable, puisqu’ils achètent en majorité dans les commerces partenaires de la monnaie en question.

Dynamiques territoriales

Une cinquantaine des collectivités locales utilisent leur MLC comme levier de résilience. Les répondants affirment qu’une synergie est créée entre celle-ci et les réseaux de l’économie sociale et solidaire, ce qui permet de renforcer les pratiques socio-environnementales vertueuses. Parmi eux, 80% affirment d’ailleurs avoir découvert d’autres aspects de leur territoire (lieux, monuments, artisans, etc) grâce à la MLC.

Economie

La MLC génère une source de revenus supplémentaires non-négligeable pour les territoires, soit 1.25 à 1.55 fois plus de revenus qu’un paiement en euro. Les professionnels faisant partie du réseau constatent un effet positif sur leur chiffre d’affaires. Par ailleurs, les monnaies locales permettent de créer de nouveaux circuits d’investissement : aujourd’hui, ce sont déjà 5 millions d’euros investis au service d’une économie responsable !

Ce qu’il faut retenir ?

Les résultats de cette enquête prouvent que les MLC contribuent à renforcer l’impact des pratiques vertueuses ! Quelques idées-clés et chiffres révélateurs :

  • 66% des adhérents ne considèrent plus les sujets économiques comme obscurs
    une forte entraide entre membres du réseau et un engagement en faveur de l’intégration sociale des publics en difficulté
  • 69% des adhérents ont augmenté leur consommation de produits locaux et se rendent moins souvent dans les grandes surfaces
  • 45% des professionnels adhérents ont renforcé leurs liens avec les acteurs locaux (entreprises, associations, collectivités locales…)

Bref, les monnaies locales complémentaires ont de beaux jours devant elles !

Pour les plus curieuses et curieux d’entre vous, l’enquête complète est disponible ici.

Camille Bouko-levy
https://mrmondialisation.org/82-monnaies-locales-en-france-ces-leviers-de-transitions-territoriales/


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire.




Votre aide est importante.



Les Hathor © Elishean/2009-2021


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Achetez sur Amazon via ce site


































Arrondir ses fins de mois