temps pensée memoire matiere esprit =1
Guidance

La Matière et l’Esprit sont deux aspects d’une même conscience. Et…

Le Temps c’est la Pensée, c’est la Mémoire…

Jean Etienne Charon s’est singularisé par sa vision alternative de la physique et il était en cela soutenu par Jacqueline Bousquet qui a expliqué ses travaux. Ils ont établi une corrélation entre les expériences d’une vie après la mort et les avancées de la physique quantique, ce qui nous a mené à la compréhension de qui nous sommes et ce que nous engendrons à la fois pour nous et pour toute l’humanité.

Jean Charon disait : « le monde n’est pas inerte et l’Univers est entièrement vivant. Je crois que l’Univers est sacré, mais je sens que l’objectif de cet Univers est de se faire connaître d’abord ».

Pour affirmer cela, il a proposé un modèle qui conjugue Matière et Esprit et l’a appelé EON, un élément matériel qui serait porteur de l’Esprit et de la conscience.

Il pensait aussi que la vision du Monde était en train de changer.

On a d’abord pensé le monde créé par Dieu. Ensuite, on a pensé que le monde fait par Dieu était un monde de Matière. On arrive aujourd’hui à l’étape d’un monde fait de Matière et aussi d’Esprit, et l’on découvre que cet Univers est entièrement vivant.

« À mon avis, disait-il, c’est la grande découverte de notre époque. On est au sein d’un Univers immense, et c’est un Univers vivant et raisonnable. ».

Dans la pensée de Jean Charon, nous sommes faits d’une partie réelle, entropique (qui va vers de plus en plus de complexité), qui se défait à la mort, et d’une autre partie, qu’il appelle : « l’esprit imaginaire au sens mathématique du terme », qu’il qualifie de néguentropique (qui va vers de plus en plus de simplicité), et qui ne peut pas régresser.

Selon sa théorie, « les électrons-éons, quasi immortels, constitueraient les éléments de notre propre survie après la mort, mais sous une forme très différente de celle de notre corps ».

J. Charon pensait que ces électrons seraient le support de notre spiritualité capables d’acquérir des informations, et donc des consciences.

Ces particules subatomiques, vecteurs de l’Esprit, seraient aussi vecteurs de l’évolution, des particules élémentaires aux atomes, puis aux molécules, aux cellules, aux tissus, aux organes, aux êtres, aux sociétés…

Les atomes qui constituent notre être ne meurent pas, ils passent d’une vie à une autre vie, d’un être à un autre être. Il en est de même de toutes les particules élémentaires. De ce fait, quelque chose de nous est immortel.

L’éon le plus remarquable

« L’éon le plus remarquable est l’électron, comparable à un » micro trou noir « , déviant la boussole comme un micro-aimant, donc perceptible tout en étant invisible, comme l’Esprit, fantôme traversant la matière et la constituant, sphère de pulsation dans le dedans de l’espace-temps, de densité immense, de masse nulle, de température de plusieurs milliards de degrés Celsius, et rempli de lumière (rayonnement E.M. composé de photons et de neutrinos). »

« Les photons intérieurs à l’électron échangent des informations avec les photons extérieurs, par modification de leur état de spin ou par leur fréquence (impulsion de vitesse). »

L’électron devient alors un EON, élément constituant la trame de l’Univers, gorgé d’informations et de mémoire, dirigeant le vivant et la conscience ordinaire.

La spiritualité est ainsi contenue à l‘intérieur de certaines particules de « matière » : la matière et l’esprit sont deux aspects d’une même réalité, l’esprit étant l’endroit et la matière l’envers.

Il existe différents niveaux de réalité

Il y a la réalité matérielle, et il y a d’autres réalités, de nature plus subtile, dont tout le monde peut faire l’expérience.

Les plantes psychotropiques permettent de voyager artificiellement dans certains plans de cette réalité, des plans de bas niveau qui détruisent ceux qui s’en servent sans conscience et d’autres plans plus élevés dans le cas de transes chamaniques opérées par des initiés.

Il est possible par l’exploration consciente, en méditation, de voyager dans divers plans de réalité bénéfiques, pour nourrir et faire croître notre personnalité ordinaire. C’est une façon de se développer dans les dimensions émotionnelles et mentales et, au-delà, sur des plans de niveaux spirituels.

Comme dans un rêve éveillé, l’imagination vient à exprimer la réalité d’un espace intérieur essentiel pour nous confronter aux multidimensions de sa nature quantique.

Le Réel est en fait constitué de formes géométriques en transformation.

Toute l’impulsion-énergie de l’Univers est contenue et représentée dans l’imaginaire. Jean Charon démontre que les Eons sont porteurs de l’esprit et qu’en ce sens, ils deviennent le connaissant de l’Être et il introduit ainsi un nouveau concept en science, celui de la psychomatière.

Nous serions faits d’un ensemble de ces particules élémentaires, les Eons invisibles mais porteurs d’esprit et d’énergie.

Ces éons ne meurent jamais, après la mort ils continuent à vivre autrement sans perdre aucun des éléments de la personnalité du défunt, jusqu’à constituer une personnalité cosmique en voie de construction qui englobera et unira tout ce qui existe dans l’univers.

Chaque éon pourrait être considéré comme un hologramme, un reflet, de l’univers entier. C’est en ces éons que notre esprit est contenu.

Les particules étant éternelles, notre esprit existerait depuis le début de l’univers et, après la mort, continuerait à participer à son devenir.

Au fur et à mesure de l’évolution de l’univers, avec l’accumulation de l’expérience existentielle et vécue, l’expansion de la mémoire « éonique » construirait une complexité croissante des structures et du psychisme.

Les éons conscients piloteraient les transformations physiques, chimiques, organiques et mentales nécessaires, tant à l’intérieur des corps vivants que dans tout l’univers.

C’est ainsi que nous sommes manipulés par notre propre mémoire.

Ainsi, tel un cosmos qui se créée puis s’organise et se peuple, la Matrice qui tenaille la planète est une sphère virtuelle au sein de laquelle nous sommes tous empêtrés alors que nous l’avons tissée au fil des générations. Dans cette toile d’araignée, le monde de l’au-delà s’est hiérarchisé et ses gouverneurs sont les éons. Ils concentrent les attentes et les illusions des hommes, depuis la peur de mourir jusqu’au désir d’immortalité, et quiconque s’y relie paie un tribut, on lui soustrait un peu de son énergie vitale, en échange de quoi il partage avec tous ses congénères la peur, le rêve, le même sentiment d’exister.

C’est ainsi que nous sommes tous reliés et partageons à notre insu, des pensées qui ne sont pas les nôtres. la manipulation qu’exercent sur nous les éons se nourrie de nos propres démons intérieurs, propageant ainsi nos délires paranoïaques et nos désirs insatisfaits comme une maladie contagieuse. Nous voyons que ces EONS ressemblent étrangement à ce que les gnostiques nomment les Archontes !

Heureusement, le contraire est aussi vrai, les grandes aspirations de bonté, de sagesse et de sainteté sont aussi véhiculées au sein de cette sphère. Cette vibration d’amour est relayée par des éons conscients d’une haute valeur spirituelle, mémoire des grands Maîtres qui sont ainsi toujours vivants et servent de véhicules pour recontacter les puissances angéliques dont nous sommes séparés, mais qui font intrinsèquement partie de ce cosmos en devenir, puisqu’ils y sont présents depuis l’origine.

L’Amour guérit toutes les maladies

Nous voyons ainsi que ces deux réalités que sont matière et esprit, se conjuguent pour donner un spectre que nous appelons « nous-même » et qui en réalité n’existe qu’en qualité d’hologramme auquel nous sommes identifiés. Cette identification fige la matière au même titre qu’elle engendre la fixité de notre esprit. Il suffit parfois de se persuader du contraire de ce nous sommes en train d’expérimenter pour en changer le contenu et cela est effectif par la simple application de la méthode Coué.

Mais il existe une autre manière de remplacer une réalité par une autre, et celle-ci est bien plus efficace puisqu’elle est en même temps contagieuse, c’est l’Amour.

Lorsque nous acceptons d’intégrer en nous cette qualité inépuisable d’énergie libre, nous démolissons la totalité des hologrammes et les redéfinissons.

L’amour est une passion qui dévore le coeur de l’homme accroché à son avoir et qui transcende le coeur de celui qui a renoncé.

L’Amour est avant tout Renoncement, car sans cet abandon total il n’y a pas d’amour, seulement du désir qui entraîne encore dans des vibrations de plus basses connexions.

Par amour, nous sommes prêts à tout abandonner, mais nous le faisons souvent en attente d’un retour venant de l’autre. Et si cet autre c’était nous? Qu’avons nous d’autre à attendre si ce n’est de nous-même? Ce nous-même, ce spectre auquel nous sommes identifié, nous en savons l’inconsistance et pourtant nous devons plus que jamais l’aimer.

Prendre conscience de l’irréalité de ce que nous sommes ne veut pas dire s’en éloigner, mais s’en rapprocher, afin de mieux explorer de nos caressantes et amoureuses intentions, cette virtualité. Comme un animal qui fuit devant nous lorsqu’on l’approche, cette virtualité sera sensible à l’écoute qu’on voudra bien lui concéder.

On va prendre un exemple, le sujet de l’obésité : Votre corps ou « masse virtuelle » vous semble trop gros ? Vous le nourrissez sans amour, dans la culpabilité … Imaginez cette « masse virtuelle » comme un petit animal sans défense affamé et apeuré, que vous voulez approcher pour le nourrir et le soigner. et visualiser la façon dont vous vous adressez à votre corps et mettez-vous à sa place! Cette matière n’est que le reflet de votre esprit, ils sont tous les deux l’endroit et l’envers d’une même médaille.

Il n’ y a pas de recette pour mieux aimer, puisque l’amour est simplement renoncement. La seule question à se poser c’est de savoir si on aime vraiment où si l’on attend quelque chose de l’autre.

Ce que vous attendez de votre corps, il ne peut vous le donner puisqu’il est le miroir de votre esprit.

Dans le monde des éons, vous êtes relié à toutes les consciences qui sont aussi en attente, comme vous, de voir leur masse graisseuse diminuer, ou leur maladie s’atténuer, et vous partagez l’esprit de ces angoisses. Et même en appliquant la méthode Coué de la façon la plus intensive qui soit, vous ne pourrez pas vous détacher de cette emprise, de cette manipulation qui a gagné une si grande partie de la population que nous voyons certains qui se mettent à grossir sans avoir changé d’un iota leur alimentation, tout simplement par intrication télépathique des électrons.

Et cela est vrai pour des tas de choses qui ont l’air de nous tomber dessus au moment où on en a vraiment pas besoin. Parce que quelques imbéciles ont propagé l’idée qu’en une certaine période tous les ordinateurs seront attaqués et mis en danger, cela vous arrive! Et vous vous dites que c’était une prophétie! Pas du tout, c’est une configuration géométrique lancée dans la sphère matricielle qui fait son chemin et elle ne touchera pas forcément celui qui tremble de peur devant cette information et met tout en oeuvre pour y échapper. Bien au contraire, pour donner un peu plus de poids à la vieille fable illustrée par la cigale et la fourmi, la « prophétie » va s’abattre sur celui qui n’en a eu que faire. Pourquoi? Parce que dans le mondes des éons se bousculent plusieurs géométries qui s’entrecroisent et la volonté d’exercer un pouvoir au prix de la terreur est inscrite au coeur de la toile de l’araignée.

C’est la seule et unique raison de la « crainte de Dieu » exprimée par les religions…

Car Dieu et Satan sont bien au coeur de tout ça, dans une particule élémentaire à deux faces, un « boson de Higgs » ou un « anti-Higgs »… Bien que confiné dans les laboratoires du Cern, le Boson de Higgs ne cesse d’alimenter en « masse » l’électron/éon de notre pensée. Parfois en « moins » lorsque nous émettons une vibration positive, parfois en « plus » lorsque nous succombons aux vibrations négatives, provoquant ainsi gravité ou antigravité.

« moins par moins égale plus »

Nous voyons ainsi que le Renoncement qui est Amour peut changer la totalité de notre réalité…

Lorsque nous acceptons de renonce à nos désirs, on commence à intégrer un peu plus de Bienveillance … Serait-ce qu’on devient un peu Divin ? Serait-ce qu’on ne se contente plus de se savoir « à l’image  » mais qu’on tend à se comprendre « à la ressemblance » ? Car le but est bien de ressembler « édomé » pour redevenir l’Adam…

La Bienveillance est notre contribution dans le monde que nous connaissons, à l’émergence de l’Amour Divin… Un amour qui se dit inconditionnel sans tout d’abord pratiquer la Bienveillance au quotidien est un leurre, une falsification de l’imaginaire.

Un bon début serait de commencer avec soi-même… La Bienveillance envers soi est l’art de prendre bien soin de soi, de se soigner, de se bichonner, de se donner toutes les possibilités pour aller bien et ainsi se rendre disponible pour le Don de Soi à autrui. mais tant que l’on a pas commencé à s’occuper de l’autre soi, comment pourrait-on s’occuper de l’autre … à moins d’y trouver un intérêt …!

C’est répondre à l’un des défis lancés par la Torah : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lévitique 19, 18) . Comment aimera-tu ton prochain si tu ne t’aime pas toi-même ?

Pour cela la première étape est de comprendre que matière et esprit sont une seule et même conscience qui présente deux aspects qui semblent différents.

La seconde étape est d’être « présent » à soi, à son corps, à ses émotions, à ses sentiments, à ses besoins, à ses attentes, à son environnement… Renoncer c’est avant tout connaître, sinon c’est rejeter…! Savoir écouter commence par s’écouter soi-même. Ce que notre corps nous montre c’est ce que l’on pense sans même avoir conscience de l’avoir pensé.

La troisième étape, c’est oser penser à soi, prendre du temps pour soi au risque de déplaire à l’autre.. Car si on néglige la moindre parcelle de soi, on se limite dans le don à l’autre. Et là commence le paradoxe !!!

Comment être bienveillant et prendre son temps d’abord pour soi-même, puis pour l’autre soi-même, celui qu’on ne connaît encore pas, faute de lui avoir consacré suffisamment de temps, et « en même temps » se consacrer à l’autre….?

C’est simple, plus on se connaît et plus on gagne du temps….

Le Temps c’est la Pensée et c’est aussi la Mémoire, et le Désir est simultané à la pensée… C’est ainsi que tout ce qui nous paraît si important dans le désir de nous satisfaire, n’est que la mémoire d’un ressenti… De la même façon l’oubli n’est qu’un refus de mémoire, un rejet.

En réalité, le temps n’est que la tension entre ce qui est et ce qui devrait être, et ce qui a été n’est que la virtualité d’un ressenti.

Ce qui est, c’est  le Présent, l’Inconscient. Et ce qui devrait être c’est le Futur, le Conscient. Et le passé c’est le Subconscient.

Alors se dire que le Futur est le Conscient revient à comprendre la phrase de rabbi Nachman de breslev : « Souviens-toi de ton futur »… Oublier son futur, c’est oublier d’être conscient.

Pour en revenir aux éons, ils sont le Subconscient, il sont la mémoire, ils sont la Matière et ils abreuvent la conscience ordinaire que nous avons du Présent, de l’Inconscient … Les éons sont les malah’im (traduit n’importe comment par anges ou démons), ce sont les Puissances. Ils sont le sel de la Vie. Lorsque le corps ne contient plus de sel, il meurt.

Nous portons cette hiérarchie en nous-même, pour notre plus grand bien et pour notre plus grand mal.

Ainsi que le dit J.Charon, nous sommes fait de cette partie réelle et entropique, mais nous sommes aussi fait d’une partie negentropique qui est l’Imagination et elle se trouve dans le Monde du Futur, le monde à-venir, le « Olam haba » qui est la Conscience, dans le grand sens du terme, c’est à dire la Conscience supraluminique, hors du temps, hors de la pensée, hors de la mémoire, et dont la Trace est dans le Présent, dans l’Inconscient.

Nous vivons avec la conscience d’une infime partie de cette Trace, juste de quoi pouvoir s’orienter dans les six directions de l’espace-temps….

J.Charon disait : « Je crois que l’Univers est sacré, mais je sens que l’objectif de cet Univers est de se faire connaître d’abord ».

Mais nous sommes l’Univers et le seul objectif est de se connaître d’abord, et avant tout…

Bonne réflexion,

Miléna

***

Je réclame le copyright pour tous mes écrits sur ce site. Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie à condition qu'il ne soit pas coupé, qu'il n'y ait aucune modification de contenu, que vous mentionniez le nom de Milena@OR et que vous fassiez référence à  ce site  http://leshathor.com

Copyright Elishean / 2008-2016 / les Hathor 

Print Friendly, PDF & Email

A propos de l'auteur

milena

Travailleur de Lumière au Service de la Nouvelle Terre depuis 1987, date à laquelle elle eut accès à son Êtreté : « Losque le Silence se tait, la Présence se manifeste » .. . C’était le premier message.
En 1992, elle reçoit en écriture automatique des informations sur son chemin de vie ainsi que le Nom qu’elle devait emprunter. Ainsi Michèle Berdah devint Miléna…
Enfin en 2008, suite à une méditation guidée, Miléna reçoit le Nom de son Soi supérieur : Elishean, au sommet de la pyramide, ainsi que la connaissance de toute sa lignée spirituelle.
Le 31 décembre 2008, le blog ELISHEAN est né, ce qui fut un exploit pour quelqu'un qui n’avait aucune notion d’informatique, et la suite, vous la connaissez...
Dans la Lumière du Coeur ...

HathorAïmma Sha Aleya la Dame Turquoise... Toi qui m'enseigne entre les deux sycomores de turquoise, à la Porte du ciel d'Orient

Votre aide est importante

milena-150x150Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Rechercher sur le réseau

Visitez les sites du réseau

Archives

Suivez-moi sur les réseaux sociaux

Partagez29
Tweetez
+11
Partagez1