code-cismologique
RĂ©flexion

La Force au sein du Champs de CohĂ©rence Universel : le « code cosmologique »

Réflexion au sujet du Message N°15 Les secrets de la co-création

Archétypes Hod- Aaron et Daath de malkhout- Yehoshoua

 

Un Univers oĂč le centre est partout et la circonfĂ©rence nulle part
Blaise Pascal

Le Futur est cause du Passé

En rĂ©alitĂ©, chaque point de l’Univers est en puissance son centre, tant qu’il n’est pas dĂ©terminĂ©. C’est la dĂ©termination qui fait que le point reconnaĂźt un autre centre que lui-mĂȘme, et cette dĂ©termination implique une identification Ă  cet autre centre comme Ă©tant le Principe Absolu.

Ce qu’on peut dire sur le Point ZĂ©ro, c’est qu’il est inutile de le chercher dans un point prĂ©cis de l’univers. L’univers n’a pas grandit autour de ce point, mais c’est le point lui-mĂȘme qui s’est dilatĂ© et qui englobe aujourd’hui tout l’espace, le temps et la matiĂšre.

Il n’est pas prouvĂ© que l’Univers a eu une Origine, qui serait le transit qui fait passer de l’absence de toute chose Ă  au moins une chose, et il n’est pas prouvĂ© non plus que l’Univers n’a pas d’Origine. C‘est donc, la « Question de Dieu » MI (qui) qui renfermerait « le code cosmologique », puisque la rĂ©ponse est toujours dans la question 


De mĂȘme que tous les ĂȘtres vivants sont prĂ©cĂ©dĂ©s d’une information gĂ©nĂ©tique qui « code » leurs caractĂšres physiques, l’Univers pourrait ainsi ĂȘtre prĂ©cĂ©dĂ© d’une information cosmologique qui, elle aussi, « code » ses caractĂ©ristiques et les grandes lois physiques. Comme tous les codes, ce «programme cosmologique primordial » se rĂ©duirait Ă  un systĂšme d’instructions et de donnĂ©es numĂ©riques.

Toutes les tentatives des scientifiques pour tenter de comprendre le Point ZĂ©ro qui ne fait pas partie de l’espace-temps ont jusque lĂ  Ă©tĂ© vaines. Il n’est plus concevable de penser l’Ă©volution en termes d’énergie, nous devons donc penser en termes d’information.

En fait, l’information portĂ©e par « l’instanton singulier de taille zĂ©ro » a une valeur infinie, c’est une Question…

Au point zĂ©ro, l’énergie n’existe pas encore, Ă  la place nous trouvons une information primordiale. Cet invariant initial serait une sorte « d’ĂȘtre mathĂ©matique », un « code » qu’on appellera « code cosmologique ». Par « construction », cet « ĂȘtre mathĂ©matique » pourra contenir toute l’information qui va permettre par la suite Ă  l’Univers d’apparaĂźtre et d’évoluer dans le temps.

C’est ainsi que nous comprenons que la crĂ©ation est en fait un compte Ă  rebours


« Savez-vous que les 6 jours de la Création sont en réalité un compte à rebours, du point 6 au point 0 ?

Le 7Úme jour, correspond au point zéro.

Tout fut crĂ©Ă© le premier jour et le compte Ă  rebours a ainsi commencĂ©. Au premier jour, 6 fut crĂ©Ă© et 7 Ă©tait accompli. Notre collectif de 7 pu s’exprimer Ă  la fois, dans le Monde futur des Cieux Et, dans le Monde prĂ©sent de la Terre.

Et La LumiĂšre fut, et ce jour fut appelĂ© Jour UN, puisque tout avait la facultĂ© d’exister. » Les Hathor (Message N°15 – Les Secrets de la co-CrĂ©ation)

Le chaos du UN

Frank Hatem nous dit : « Avant la crĂ©ation, le monde Ă©tait TOHOU Ve BOHOU, Absolu et A Venir
 Pour crĂ©er il a fallu les sĂ©parer 
 »

« ConsidĂ©rez l’atome et rappelez-vous sans arrĂȘt « Combien » Tout est Un, et « Comment » Tout est Ă  la fois 4 et 1 ». Les Hathor

Le UN symbolise le Tout et le Tout est l’Infini. Le UN n’est pas dĂ©limitĂ©, c’est une potentialitĂ©, un Devenir Eternel. Le UN est l’Énergie premiĂšre contenue dans « Et la LumiĂšre fut »  Cette LumiĂšre condensĂ©e est matiĂšre infinie, ou Temple de la Non/forme.

L’impossibilitĂ© Ă  garder la forme a engendrĂ© le Deux, car si l’infini est toujours un « Ă -venir » extĂ©rieur, le sentiment intĂ©rieur d’Être se sait au centre, comme le zĂ©ro au milieu de l’infini. Ainsi est nĂ© le Trois, relatif Ă  la nĂ©cessitĂ© de relier le UN et le Deux, et pour le maintenir sur la DurĂ©e, il a rĂ©vĂ©lĂ© le Quatre.

Un peu de Kabbalah…

« Au commencement, Dieu crĂ©a les Cieux et la Terre. Et la Terre Ă©tait tohou et bohou 
 ».

Tohou va Bohou – ce qui veut dire : Par LUI (Tav) « VĂ© » Dans LUI (Beth). (Tav = par, Beth = dans) et VĂ© veut, entre autre dire « et ».

Si on enlĂšve le Tav et le Beth, il ne reste que LUI 2 fois : HĂ© Vav (11) et HĂ© Vav (11) = 22 – (HĂ©=5 – Vav=6).

Avec le Vav conjonctif, Vé (et) on obtient : Tav-Vav-Beth qui signifie retourner, rendre, répondre.

Ainsi initialement la Terre (notre Inconscient) contient en son sein, la réponse à sa question, à sa Queste.

Le ZĂ©ro contient potentiellement le UN, le UN exprime le Deux, ensemble ils engendrent le Trois qui va impliquer le Quatre.

Tout est à la fois 4 et 1 , et réengendré dans le 5 


Comme les quatre mondes dont parle la kabbale qui sont rĂ©-engendendrĂ©s dans le 5Ăšme, l’AÏN SOPH HaOR, le Royaume de Dieu qui se rĂ©alise ainsi sur la Terre


De la LumiĂšre originelle (or qadoum) qui emplissait l’Infini (En Sof) de maniĂšre Ă©gale et sans diffĂ©rence de degrĂ© avant le tsimtsoum jaillit une lumiĂšre Ă©manĂ©e (or nietsal) dans le vide laissĂ© par la rĂ©traction du tsimtsoum.

De cette lumiÚre émanée dérivent quatre mondes éternels cachés.

  1. – Le monde de l’Émanation ou du Divin, le « olam ha-Atziluth« , monde de l’intuition et des archĂ©types qui donne naissance aux trois autres mondes
  2. – Le monde de la CrĂ©ation, le olam haBeryah, monde mental de la crĂ©ation. Le Monde des 12 Ă©toiles de Marie reliĂ©es aux 12 archanges et aux 12 tribus.
  3. – Le monde de la Formation, le olam haYetzirah, monde astral de la formation. C’est le monde des 72 anges oĂč ces intelligences et ĂȘtres incorporels rĂ©sident drapĂ©s dans un habit de lumiĂšre et qui prennent forme pour apparaĂźtre aux hommes.
  4. – Le monde de l’ Action, le olam haAsiah, monde concret de l’action. C’est aussi le domicile des esprits dĂ©moniaques nommĂ©s Klipoth (Ă©corces).

Cela est répété dans la GenÚse :

  • Bereshit bara Elohim Et ha-shamayim ve Et ha-aretz, Au commencement, Dieu crĂ©a Les cieux et La terre.
  • Ve ha-arets aĂŻta tohou va-bohou. Et la Terre Ă©tait tohou et bohou.
  • Ve toshĂ©khĂ© al-pnĂ©ĂŻ tĂ©hom. L’obscuritĂ© rĂ©gnait sur la face de l’abĂźme (Tehom).
  • Ve rouah Elohim merakhĂ©fet al-pnĂ©ĂŻ ha-mayim. Et l’esprit de Dieu planait (ou couvait) Ă  la surface des eaux

Ce qui implique pour notre compréhension :

1 – C’est la Terre, le PrĂ©sent, qui Ă©tait Tohou va Bohou et non les Cieux, le Futur (Supra-conscient).
2 – Le PrĂ©sent est simultanĂ©ment Absolu et A Venir.
3- L’avenir n’est pas le Futur
4 – D’oĂč la nĂ©cessitĂ© du Retour : « Souviens-toi de ton Futur ».

L’Esprit Universel non-manifestĂ© c’est l’Inconscient, le PrĂ©sent qui se crĂ©Ă© et se recrĂ©Ă© Ă  chaque instant. LĂ  oĂč rĂ©side en nous la PrĂ©sence Divine, cet Autre dont la croissance est proportionnelle Ă  la diminution du moi-Je conscient d’un corps unifiĂ© en une forme.

Que renferme cette expression TOHOU Ve BOHOU ?

1 – Le Tohou va nous mener Ă  l’idĂ©e de Tehom.

Le Tohou est aussi, la stupeur, un Ă©tat altĂ©rĂ© de la vigilance caractĂ©risĂ© par la sidĂ©ration de l’activitĂ© psychique, l’abolition du mouvement, et l’absence de rĂ©ponse aux sollicitations extĂ©rieures.

Le Tohou, par Lui, est le mot dont le verset se sert pour dire la présence de la matiÚre la plus diluée possible, la molécule la moins complexe. la MatiÚre IN/formation, le Temple de la non/Forme.

2 – Ve, le Vav conjonctif exprime simultanĂ©ment Tohou et Bohou.

D’oĂč le ‘Hoshekh (l’obscuritĂ©).

Par exemple les trains d’ondes musicales : lorsqu’il y a deux trains d’ondes qui se chevauchent il y a une zone de silence, lorsqu’il y a deux trains de lumiĂšres qui se chevauchent il y a une zone d’obscuritĂ©.

– Lorsqu’il y a simultanĂ©itĂ© des deux dimensions contradictoires de la matiĂšre, il y a obscuritĂ© et silence –Ve toshĂ©khĂ© al-pnĂ©ĂŻ tĂ©hom. ( ET, L’obscuritĂ© rĂ©gnait sur la face de l’abĂźme).

– Lorsque le Silence se tait, la PrĂ©sence se manifeste – Ve rouah Elohim merakhĂ©fet al-pnĂ©ĂŻ ha-mayim.

Rouah, c’est le Souffle, et le verbe merakhĂ©fet signifie aussi trembler, s’agiter. De sorte qu’au lieu de : Et l’esprit de Dieu planait sur les eaux , nous obtenons: » Et le Souffle des Elohim Ă©tait en mouvement sur la surface des eaux » 

Nous savons que ce « mouvement » est une « couvaison »…

3- Le Bohou, le chaos, dans Lui est Lui, est le mot qui exprime ce qui va se réaliser plus tard, le Behom. A-Venir.

4 –Tohou va Bohou cela signifie que la matiĂšre donnĂ© au monde a deux dimensions: Absolu et A Venir – Tehom VĂ© BĂ©hom .

Le Tohou se réalise tout de suite dans le terme de Tehom qui signifie aussi le Vide.

Alors que le Bohou va ĂȘtre en cours d’histoire jusqu’à sa complexitĂ© Ă©volutionniste jusqu’à la Behemah. (l’ñme animale, Nephesh haBehemi), que nous pouvons lire Bah Mah. (vient quoi?) Behom.

– Le Tohou se rĂ©alise en Tehom : Au premier jour, 6 fut crĂ©Ă© et 7 Ă©tait accompli.
– Le Bohou, le Chaos, a tout une histoire que la Torah raconte à travers les 6 jours et qui arrive au Behom.
– Au Behom, c’est à dire à Behemah (l’Âme Primordiale) et non pas au Adam. (l’Androgyne).

Ce qui nous est révélé par les Hathor :

1 – Le troisiĂšme jour une nouvelle Force de croissance pu s’exprimer. Au point 4, « JE SUIS » montrait le bout de Son nez. Le Sens vit le jour au point 4 et nous vĂźmes que nous pouvions continuer.

2 – Le quatriĂšme jour nous pĂ»mes installer les Signes ponctuant la sensorialitĂ©. Au point 3, il fut aisĂ© de s’orienter.

3 – Le cinquiĂšme jour vit apparaĂźtre les crĂ©atures.

4 – Le sixiĂšme jour naissaient toutes les lignĂ©es. Et l’Âme primordiale pu exister.

– Au point 1, toutes les Ăąmes contenues en ce Vase SacrĂ© attendaient.

– Au point zĂ©ro du 7Ăšme jour se manifestait la totale potentialitĂ©.

5 – A l’aube du 8Ăšme jour nous vĂźmes la rosĂ©e. De cette humectation nous pĂ»mes insuffler les narines de l’Androgyne, et ainsi animer le Sens du point 4, le faisant pĂ©nĂ©trer au point 1.

L’ñme/esprit ne rejoint l’ñme animale qu’à l’aube du 8Ăšme jour, lorsque de l’Esprit Universel inconscient suinte la rosĂ©e de la Soi/conscience.

« La Soi-conscience, c’est Daath, la Connaissance, le libre-arbitre, le Monde de la DualitĂ©. En Daath se trouve l’intention, le pouvoir de dĂ©cision. LĂ  se trouvent Ă©galement les archives Akashiques. Tout le Savoir de l’Univers est en Daath. »

Il y a une solution de continuitĂ© entre la Behemah, l’Âme Primordiale, et le Adam, l’Androgyne.

Cette solution de continuité se trouve dans le Nez et les narines.

Le SENS, le « JE SUIS » qui pointe le bout de son Nez au 3Ăšme Jour (au point 4) est animĂ© par les narines, dans le 6Ăšme Jour (au point 1), mais uniquement Ă  l’aube du 8Ăšme Jour, jour de l’Alliance entre PrĂ©sent (Terre) et Futur (Cieux). C’est de cette Alliance que naĂźt la Soi/conscience, le Libre-arbitre qui caractĂ©rise l’Adam, qui est Ă  la ressemblance (Ă©domĂ©) de son crĂ©ateur.

Cette Alliance entre « Conscience supraluminique omnisciente » et « Inconscient omniscient », va engendrer la Soi/conscience pourvue du Libre-arbitre de ressembler, plus ou moins, au modÚle parfait de la Matrice Divine et créée à Son image.

Dans cet espace de création indépendant de son Créateur et imprégné de Son essence, cohabitent deux principes :

Le DĂ©sir de recevoir pour donner qui Ă©mane de l’imprĂ©gnation qui a laissĂ© une « empreinte. Le Vide qui n’est pas vide, puisqu’il contient un Reshimo, une Trace. Cette lumiĂšre Ă©manĂ©e constitue le « olam ha-Atziluth », le monde de l’Émanation ou du Divin.

Le DĂ©sir de recevoir pour soi-mĂȘme qui dĂ©rive de l’indĂ©pendance du Libre-arbitre. Cette concentration de LumiĂšre, est un Kav, ressemblant en tout point Ă  la VolontĂ© CrĂ©atrice par sa capacitĂ© Ă  Ă©mettre une Intention (kavanah). Ce qui va permettre d’entreprendre la crĂ©ation des trois autres mondes, l’olam haBeryah ou monde de la CrĂ©ation, l’olam haYetzirah ou monde de la Formation et le olam haAssya ou monde de l’Action.

L’Âme est « DĂ©sir de Recevoir »

Le premier nĂ©, c’est le Sens, l’Âme spirituelle (le Nephesh haElohi) et il est animĂ© en dernier.

Le Sens spirituel, bien que nĂ© au 3Ăšme jour, ne fut insufflĂ© dans l’Homme qu’aprĂšs accomplissement de l’Alliance, aprĂšs le repos du 7Ăšme Jour qui, en fait, contient le 8Ăšme, puisqu’il ne peut y avoir que 7 jours dans une semaine.

De la mĂȘme façon, lorsque l’enfant naĂźt il reçoit aussitĂŽt un Nephesh haBehemi, une Âme animale, magnĂ©tique. Ce n’est que plus tard, vers 12 ou 13 ans (selon le sexe), qu’il reçoit un Nephesh haElohi, une Ăąme spirituelle, Ă©lectrique. C’est ce qui provoque la fameuse crise de l’adolescence.

Prenons le cas du garçon qui, de 0 Ă  13 ans est « Âme Primordiale ». Il ne devient « Androgyne » qu’au moment de la Communion (Bar Mitzva)
 Cette Alliance du masculin et du fĂ©minin en lui dĂ©pend de l’éducation, de l’apprentissage (Lamed), ce qui, malheureusement ne veut plus rien dire aujourd’hui
.

Sauf que
 La Chute contient en elle la RĂ©paration.

Le Adam est celui qui porte le nom Mi (QUI?). Ha-Adam = Mi = 50, C’est le Un, quelqu’un.

Adam est tel un Elohim (Mi bara elleh). QUI a crĂ©Ă© CELA
 (mais vous n’ĂȘtes pas cela, vous ĂȘtes QUI nous disent les Hathor
)

La BĂ©hĂ©mah c’est le stade le plus avancĂ©e du Mah. En elle il y a le Mah, le QUOI Ă  venir, Bah Mah.

Mah c’est l’Impersonnel. Le Mi c’est le Personnel.

L’Impersonnel doit s’identifier pour exister

Le quatriĂšme jour nous pĂ»mes installer les Signes ponctuant la sensorialitĂ©. Au point 3, il fut aisĂ© de s’orienter.

Cette Identification se fait en deux fois deux temps, de l’intĂ©rieur vers l’extĂ©rieur, puis de l’extĂ©rieur vers l’intĂ©rieur.

  • 1 – Le cinquiĂšme jour vit apparaĂźtre les crĂ©atures. (les femmes)
  • 2 – Le sixiĂšme jour naissaient toutes les lignĂ©es.(les HiĂ©rarchies)
  • 3 – Et l’Âme primordiale pu exister.
  • 4 – Au point 1, toutes les Ăąmes contenues en ce Vase SacrĂ© attendaient.

Le DĂ©sir de recevoir pour donner est le premier nĂ©, le Sens spirituel, le Nefesh haElohi. Il est Lucifer, porteur de lumiĂšre et Ă©toile du matin. sa rĂ©bellion lĂ©gitime tient seulement au fait qu’il ne peut donner, car il n’a pas Ă  qui donner. il est seul et dĂ©sorientĂ©, mais contient en lui le Libre-arbitre qui permet la rĂ©bellion. Il est le Contenant, une matrice Divine, qui contient dans Sa structure, la TotalitĂ© potentielle de ce qui peut exister, un Futur supra-conscient ou Conscience supra-luminique.

Cette Conscience Supra-luminique doit se contracter, pour s’identifier en trois dimensions d’espace/temps. Le Contenant se remplit de la totalitĂ© potentielle de tout ce qui existe et entre en gestation de son contenu. Cette Chute de la structure contenante en un contenu en gestation est une nĂ©cessitĂ© car les limites du Contenu gĂ©nĂšrent la pĂ©rennitĂ© du Contenant.

Le DĂ©sir de recevoir pour soi-mĂȘme, le deuxiĂšme, le Nephesh haBehemi ou Âme primordiale, garantit la survie du UN, du Chaos.

Les multivers se créent en vertu du libre-arbitre

La Soi/conscience est une projection holographique de l’Unique Conscience supra-luminique (le Futur, les Cieux, multiple et Un) qui va se dĂ©multiplier en fonction de cet impĂ©ratif de ressembler inhĂ©rent Ă  la fonction de son propre Libre-arbitre.

Tous les hologrammes de rĂ©alitĂ©s ne sont que projections d’une Unique Énergie Libre qui nous entoure constamment, une LumiĂšre condensĂ©e qui est matiĂšre IN/formation, un Temple de la Non/forme.

Et cela se traduit par :

– Une Ă©nergie mentale/spirituelle/Ă©lectrique contenant toutes les informations qui permettent Ă  l’énergie de se matĂ©rialiser sous une certaine forme de vie.

– Une Ă©nergie magnĂ©tique qui est le reflet (miroir) du modĂšle mental/spirituel/Ă©lectrique et se forme obligatoirement selon ce modĂšle.

La Kabbale nous dit que le Tohou va Bohou est le résultat de Shevirat hakélim (la brisure des vases).

« Voyez le Tohou va Bohou : Tohou va donner le TĂ©hom, Bohou donnera la BĂ©hĂ©mah au niveau de la matiĂšre du monde. Chez la BĂ©hĂ©mah c’est l’échec du Bohou dans un cul de sac. La BĂ©hĂ©mah c’est l’ĂȘtre vivant qui aurait dĂ» ĂȘtre la personne humaine qu’on aurait appelĂ© « Homme », mais qui est dans l’impasse de la conduite Ă©goĂŻste : recevoir pour recevoir, manger pour manger
 »

La thĂ©orie Ă©volutionniste voit une Ă©volution continue, or c’est faux. Pour la Torah c’est diffĂ©rent, Ă  partir d’un point de dĂ©part, il y a une plusieurs tentatives qui conduisent Ă  plusieurs rĂ©alitĂ©s.

La survie du Behom, le chaos, nécessite le déploiement en multiples dimensions, les multivers naissent alors les uns des autres en vertu du Libre-arbitre inhérent à la nature du Désir de recevoir pour donner.

Lorsque j’observe les fossiles, c’est la mĂȘme rĂ©alitĂ© que j’observe palĂ©otonlogiquement mais le schĂ©ma est trĂšs diffĂ©rent. C’est le chemin qui ferait de notre corps animal vers un corps d’Homme capable d’ĂȘtre vĂ©hicule spirituel.

C’est la perspective du thĂšme de Tryiat hamĂ©tim (la rĂ©surrection des morts), la transfiguration du corps terrestre en un corps de Gloire, c’est-Ă -dire la derniĂšre Ă©tape messianique. Retrouver le corps d’Adam haRishon avant la faute. Un corps terrestre mais glorieux qui rĂ©unit en conscience la totalitĂ© des dimensions.

« Votre pluri-Soi illimitĂ© est un Collectif d’ñmes, un collectif de 288 000 Ă©tincelles accouplĂ©es en 144 000 Ăąmes. Un Contenant en expansion qui se nourrit de son contenu. Un Être-Temps qui se nourrit de ses enfants. Dans son Corps de Gloire il peut voir qu’il contient Sa double- humanitĂ©, la totalitĂ© des Ăąmes intermĂ©diaires incarnĂ©es dans le seul et unique But de l’aider par leur opposition, car le But est la Seule et Unique NĂ©cessité  » les Hathor

La matiÚre est de la lumiÚre condensée

Dans l’immense espace de la crĂ©ation, parfaitement organisĂ© par le Subconscient, les Éons, les Ă©grĂ©gores et le moi/conscient docilement manipulĂ©, il existe le chaos, le UN. Celui qui chamboule tout en Ă©tant contraire Ă  toutes formes d’organisation.

Ce chaos a un nom et c’est le libre-arbitre ou la non/organisation et la libertĂ© de circulation hors de tout contrĂŽle dans l’espace vie et ses Lignes-temps.

Le VĂ©ritable Libre-arbitre, le Kav, est ce rayon de LumiĂšre concentrĂ©e qui a engendrĂ© les 3 Mondes infĂ©rieurs qui nous aident et aussi, nous manipulent, les mondes des 12, des 72 et de la Multitude (400) qui agissent en mĂȘme temps.

Pour ne plus ĂȘtre en pilotage automatique et redevenir un Ă©lectron libre avec de multiples capacitĂ©s de crĂ©ation, il convient de :

  • – Se rappeler que c’est Nous qui les avons crĂ©Ă© avec le Kav (masculin)
  • – S’abandonner Ă  ce qui leur a donnĂ© naissance le Reshimo (fĂ©minin)

La structure Ă©grĂ©goristique de l’information. est une transmission organisĂ©e via un Ă©change d’intentions.

Nous sommes tous interconnectés et à la fois en émission et en réception de ces informations.

La psychĂ© est conjointement mĂ©canique et quantique, et elle n’est rien d’autre que l’organisation la plus parfaite de l’information entre les diverses structures qu’elles soient humaines, vĂ©gĂ©tales ou minĂ©rales. Nous pouvons choisir d’activer le bouton mĂ©canique et jouir d’un pilotage automatique idolĂątre, ou activer le bouton quantique qui inaugure la fin de la servitude Ă  ce pilotage.

La fin du pilotage automatique s’appelle tĂ©lĂ©pathie, ce qui est la structure de l’information du libre-arbitre.

La conscience de ce qui est reçu permet de recontacter la Cohérence.

Par ce Retour au champs de CohĂ©rence, les informations n’atteignent pas les rĂ©cepteurs du cerveau, mais seront stockĂ©es dans un champ extĂ©rieur qui entoure le cerveau comme une aurĂ©ole. La personne n’utilisera et n’émettra que ce qui est utile Ă  la CohĂ©rence du 7Ăšme Jour. C’est la forme de l’égrĂ©gore Unique et donc invisible Ă  la structure d’organisation manipulatrice.

Il existe une Force au sein du champs de CohĂ©rence Universelle et celle-ci est capable d’engendrements.

Le VAV cosmologique

Il suffit de rajouter un Vav au mot Kaved, pour qu’il se transforme en Kavod 
 (Kaved = le Foie – Kavod = la Gloire).

Frank Lalou Donne cette explication :

« Si le Vav et le Yod sont tellement liĂ©s, ce n’est pas fortuitement qu’ils dĂ©coulent l’un de l’autre. Le Yod est le premier Ă©lĂ©ment du TĂ©tragramme. Il est une sorte d’atome, que l’on ne peut diviser. Sous cette forme absolue de point, le Divin que la lettre reprĂ©sente ne pourrait jamais exister, il resterait dans un monde inaccessible.

Le Vav est l’interface entre l’univers non-humain du Un et le ManifestĂ©. Il est le pont entre le visible et l’invisible. Le Vav est le symbole de la Torah qui elle aussi est intermĂ©diaire entre nous et le monde de Dieu. (
) Le Vav occupe dans la conjugaison une place trĂšs importante. Le Tetragramme SacrĂ© YHVH, le Nom Ă  quatre lettres est une compression de trois expressions de l’ĂȘtre, Il Ă©tait, Il est, Il sera. Le Vav au sein de ces trois modes pourra transformer le passĂ© en futur ou le futur en passĂ©. =

La Cohérence du 7Úme Jour, engendre le 8Úme Jour et le 9Úme Jour en son sein.

« Le septiĂšme jour est celui oĂč vous pouvez entrez dans ce Lieu de votre plein grĂ©, acceptant de recevoir la totalitĂ© de ce que vous avez engendrĂ©. Vous prenez pour vous la TotalitĂ© de la BoĂźte 
 Et ce Lieu est nettoyĂ© 
 Vous pouvez vous remettre Ă  penser. Ce Lieu contient tout ce que vous avez appris, mĂȘme si vous ne l’avez pas compris. Ce Lieu se rappelle pour vous, car comme nous vous l’avons dit, la complexitĂ© tient bien ses comptes. De la complexitĂ© va dĂ©pendre la matiĂšre. Le monde des formes est rĂ©git par la complexitĂ©. Ce sont toutes les gĂ©omĂ©tries engendrĂ©es. Imaginez le chaos qui s’y trouve ? Heureusement des Justes tiennent ce monde, ainsi la complexitĂ© est simplifiĂ©e constamment. » Les Hathor

« Les engendrements du 9Ăšme Jour se ferons aprĂšs que soient cĂ©lĂ©brĂ©es les Noces du 8Ăšme Jour entre les FiancĂ©s. Au 9Ăšme jour, le six va s’exprimer dans le cinq. Les CrĂ©atures du Subconscient seront insĂ©minĂ©es des Flux Divins ArchangĂ©liques. Le 9Ăšme jour est le jour de l’AchĂšvement de la Servitude. » Les Hathor

Il est dit qu’Ă  la fin du Shabbat, lorsqu’on fait le « havdala » de la racine hevdel (diffĂ©rence) vient le ProphĂšte Elie.

Pour ma part j’ai pu l’expĂ©rimenter en mĂ©ditation. Entre le moment de la fin du Shabbat et minuit (qui correspond au retour de la semaine, donc au dĂ©but du premier jour), il existe un espace que j’ai appelĂ© l’aube du 8Ăšme jour. C’est un espace qui n’existe pas dans le temps et pourtant c’est un espace concret.

Je ne peux rien en dire de plus pour le moment, faute d’en avoir expĂ©rimentĂ© les facettes …

Bonne réflexion,

Miléna@OR

***

Je réclame le copyright pour tous mes écrits sur ce site. Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie à condition qu'il ne soit pas coupé, qu'il n'y ait aucune modification de contenu, que vous mentionniez le nom de Milena@OR et que vous fassiez référence à  ce site  http://leshathor.com

Copyright Elishean / 2008-2016 / les Hathor 

A propos de l'auteur

milena

Travailleur de LumiĂšre au Service de la Nouvelle Terre depuis 1987, date Ă  laquelle elle eut accĂšs Ă  son ÊtretĂ© : « Losque le Silence se tait, la PrĂ©sence se manifeste » .. . C’était le premier message.
En 1992, elle reçoit en Ă©criture automatique des informations sur son chemin de vie ainsi que le Nom qu’elle devait emprunter. Ainsi MichĂšle Berdah devint MilĂ©na

Enfin en 2008, suite à une méditation guidée, Miléna reçoit le Nom de son Soi supérieur : Elishean, au sommet de la pyramide, ainsi que la connaissance de toute sa lignée spirituelle.
Le 31 dĂ©cembre 2008, le blog ELISHEAN est nĂ©, ce qui fut un exploit pour quelqu'un qui n’avait aucune notion d’informatique, et la suite, vous la connaissez...
Dans la LumiĂšre du Coeur ...

enfants-abraham-bannierrre

Rechercher sur le réseau

Visitez les sites du réseau

HathorAĂŻmma Sha Aleya la Dame Turquoise

Toi qui m'enseigne entre les deux sycomores de turquoise, Ă  la Porte du ciel d'Orient

Archives

Suivez-moi sur les réseaux sociaux

Share27
Tweet
+11
Share1